27 juillet 2011

Série de l'été 2011 - Le western 10/10 : Il était une fois dans l’ouest (Sergio Leone, 1968)


Tout le monde fait des séries d'été, alors pourquoi pas moi ? Pour Le Châtiment des Flèches, je m'étais plongé dans l'univers du western. Voici ceux qui m'ont le plus marqué.


Le meilleur pour la fin ? En fait, c'est ce film qui m'a donné envie de me faire une série de westerns (j'en ai vu plus de soixante-dix). Le commentaire m'a montré qu'il s'agit d'un western au second degré, dans le sens où il reprend une grande quantité de films et de motifs en les déformant.

Par exemple, la scène où les trois malfrats attendent le héros à la gare est un renversement de Le train sifflera trois fois où un trio attend en fait son chef pour lancer sa vengeance. J'ai d'ailleurs noté une liste des films évoqués dans le commentaire pour me fabriquer mon propre programme de visionnage. J'ai suivi la même démarche en reprenant des motifs dans de nombreux westerns dans mon roman.

Le thème y est avant tout celui de la civilisation. Tous les hommes meurent, ceux qui représentent le passé (le brigand Cheyenne), ceux qui représentent l'avenir (l'homme dans sa locomotive qui symbolise le progrès). Finalement, ceux qui survivent sont ceux qui construisent la nouvelle ville (Harmonica, Jill). Comme beaucoup de western, ce film raconte la fin d'un monde et le commencement d'un nouveau.

3 commentaires:

Greg a dit…

Bon, enfin un western italien dans la selection.
Alors celui-ci a des qualites enormes meme si je prefere "Il etait une fois la Revolution" ou la Trilogie du dollar.
Je suis surpis de ne pas voir certains films dans ta liste mais 10 c'est tres peu et faire des choix n'est jamais evident.
Cependant l'absence de Clint Eastwood que ce soit en tant qu'acteur ou realisateur est surprenante a mon sens. Notamment lorsque l'on replace "High Plains Drifter" dans son contexte, ou bien "Hang 'em High", ou encore l'homme sans nom de la Trilogie du dollar.
"Unforgiven" au dela de remettre au gout du jour le western, temoigne d'une extraordinaire maitrise de la realisation est des codes du genre, c'est de plus un avant gout de "Gran Torino".
"Silverado" aurait aussi peut etre merite sa place car il est sorti a une epoque ou le western ne faisait plus recette depuis deux decennies.
Evidemment ,fan de Kirk Douglas et Henry Fonda je regrette aussi un peu l'absence de "There was a Crooked Man" de Mankiewicz.
J'espere que ces chouettes chroniques cinematographiques donneront envie a tes lecteurs de s'interesser a ce genre qui a trop longtemps eu mauvaise presse en France. Comme dans tous les mouvements prolifiques on y trouve de tout, de l'excellent a l'excecrable, en passant par le bizarre comme "Paint Your Wagon".

PS: J'espere que tu t'es aussi interesse a la musique associee au western, car Johnny Cash a chante des trucs incroyables qui traduisent assez bien l'etat d'esprit du western.

Lubrano Lucien a dit…

Salut,
A moi aussi c'est le western qui m'a le plus marqué

CLAVELUS a dit…

J'ai beaucoup aimé "There was a crooked man" aussi : son insolence est réjouissante. Mais il ne semble pas m'avoir influencé pour mon bouquin, ce qui était l'un de mes critères de choix.

Quant à Eastwood, j'aimais beaucoup "Unforgiven" mais j'ai été assez déçu en le revoyant. Je trouve la mise en scène trop sage et trop académique, hyper efficace mais plate.

Pour Johnny Cash, j'ai presque tout à découvrir.

Et "Il était une fois la révolution" est un chef d’œuvre mais on n'est presque plus dans le western. Quant à "Il était une fois en Amérique", vu cet été, je suis un peu passé à côté.