10 mars 2010

Livres et Cie

Je me suis rendu compte que je ne parlais jamais de livres, ou presque, sur ce blog. Afin de me rattraper, voici un échantillon des lectures que j'ai pratiquées pendant ma semaine de vacances. Évidemment, ce n'est pas représentatif, que ce soit d'un point de vue qualitatif ou quantitatif.

Jeudi, dans l'avion : Jean Markale, Prodiges et secrets du Moyen-âge
C'est un livre grand public qui ne m'a pas appris grand chose (je m'étais renseigné sur le sujet avant) mais qui a le mérite d'insister sur la continuité entre le paganisme et le christianisme dans les croyances populaires médiévales. Il y a quelques histoires amusantes, comme celle de cet homme qui a volé une borne et dont le fantôme erre en demandant au passant où il doit la mettre (non, ce n'est pas dans ton... coude). Il suffit de lui répondre : "Là où tu l'as prise" et le fantôme est libéré. C'était donc assez plaisant, d'autant plus que l'avion avait plus de deux heures de retard.

Vendredi nuit : André Agassi, Open

J'ai commencé cette autobiographie parce que j'en avais entendu du bien et ma lecture a confirmé la rumeur. Le premier chapitre est excellent : un champion à la veille de son dernier match, épuisé à trente ans, le dos cassé. J'ai vu à la fin que le joueur s'était fait aider d'un Prix Pulitzer pour rédiger le livre. Le travail fourni est étonnant de vérité. On y parle finalement peu de tennis, sport haï par Agassi. On rencontre des champions pas toujours sympathiques ; et puis on découvre l'étrange amitié mêlée de rivalité qui lie Agassi et Sempras, presque le seul à trouver grâce à ses yeux. Il y a aussi le portait du préparateur physique, géant omniprésent, véritable père de substitution. A lire comme un roman.


Samedi : Mézières et C
hristin, L'OuvreTemps

Comme tu sais, il s'agit du dernier volume de la série Valérian et Laureline. A vrai dire, je ne sais guère quoi en penser. Les auteurs en ont fait un véritable bouquet final en invitant à peu près tous les personnages importants du cycle qui viennent faire un tour. En tout cas, cela n'a pas dû être facile à écrire. Comme je l'ai feuilleté très rapidement, il faudra que je le relise plusieurs fois, ainsi que la série dans son entier, pour m'en faire une idée claire. Quoi qu'il en soit, la fin est très jolie et justifie à elle seule l'achat de la bédé.


Dimanche : Fabrice Colin, Big fan


J'avais vu l'annonce du livre et je me suis empressé de l'acheter. L'idée de départ a tout pour plaire : un fan obèse de Radiohead qui pense que les paroles des chansons de son groupe favori annoncent la fin du monde. Étant moi-même grand amateur de Radiohead, j'attendais qu'on me propose une sorte de lecture délirante et cohérente à la fois de leurs chansons (et il y a de quoi). Pour le coup, j'ai été déçu dans mon attente parce que cet univers est évoqué par petites touches sans qu'on rentre dans le détail. Reste que le livre se lit avec intérêt de bout en bout. Mais j'aurais tellement aimé savoir ce que signifient les paroles de "Street spirit" pour un esprit égaré...


Lundi : Franck Tallis, Du sang sur Vienne

Dans la tradition de la collection "Grands Détectives", voici une série d'enquêtes policières se déroulant à Vienne vers 1900. On suit deux héros : un policier et un médecin psychanalyste. Les intrigues tournent autour de thèmes ésotériques (ici les francs-maçons et la Flûte enchantée). J'ai préféré ce volume, rapide, agréable et efficace, au premier qui était un peu trop dispersé à mon goût. On a plaisir à suivre les personnages qui passent leur temps dans les cafés à manger des Trükmüschtorte (j'ai oublié le vrai nom).


Mardi, dans
l'avion du retour : Pierre Christin, Lininil a disparu

C'est le premier roman Valérian. J'ai eu un peu de mal à rentrer dedans, notamment parce que l'exubérance imaginative de l'auteur de la série passe moins bien en roman qu'en bédé. En outre, l'action met un peu de temps à se construire. Mais la deuxième moitié a emporté mon adhésion quand j'ai compris comment tous les éléments se mettaient en place. Je n'ai pas regretté, surtout l'idée du bi-prince. Il y a encore de belles choses à faire avec ces personnages.


5 commentaires:

Mazoutos a dit…

Jean Markale n'est pas un éminent médiéviste... Sur la culture populaire au Moyen Âge, tu peux relire Gourevitch. Et surtout l'excellent livre de Robert Fossier, 'Ces gens du Moyen Âge' édité chez Fayard.

charlotte a dit…

Sahnetorte, non ?

CLAVELUS a dit…

Il y a des Sachertorte aussi, je crois, et des Mozarttorte.

Et puis j'aime bien le concept de Trükmüschtorte...

@Mazoutos : Tu aurais le titre du bouquin de Gourevitch ?

charlotte a dit…

Mozart torte ? Tui veux dire, comme les Mozartkugeln mais en plsu énorme ???? Argh! truckmüchetorte, tu as raison, c'est plus drôle et moins effrayant...

Mazoutos a dit…

Le livre de Gourevitch s'intitule 'la culture populaire au Moyen Âge. Simplices et docti.' et il est édité chez Aubier. Il date certes un peu... Et tu l'as eu en main...