19 juin 2011

Le Miroir aux vampires. Extrait 3/3


Voici le troisième et dernier extrait du Miroir aux vampires (les deux autres sont et ). Cela développe un autre thème du livre, à savoir la transformation d'un lycée en structure totalitaire.

Dans le passage, Léa, l'héroïne, discute avec Léo, un nouveau qui prend de plus en plus d'importance dans l'établissement.



« D'où ça vient, toutes ces idées d'aménagement ?

— C'est un projet que j'ai soumis au proviseur pour le convaincre de rouvrir le Foyer. Il avait peur que ça devienne un lieu de contestation. Je devais lui donner des garanties…

— Ça, il en a des garanties. Il y a même un côté embrigadement dans ton truc. »

Il a eu l'air surpris.

« Embrigadement ? Où est-ce que tu es allée pêcher ça ?

— Le logo, l'uniforme… »

Léo a souri.

« Tu m'as mal compris quand j'expliquais ça aux visiteurs. Il ne s'agit pas de s'habiller tous pareil mais de porter des couleurs qui permettent de nous reconnaître tout de suite. Comme ça, s'il y a un intrus, on est immédiatement au courant.

— Je n'aime pas trop ça quand même.

— Le proviseur a adoré, lui. Et c'était le but. »

Il a planté ses yeux dans les miens.

« Je crois que tu ne vois pas où je veux vraiment en venir, Léa. Froissy tient à faire de ce lycée un bunker imprenable. Si on s'y met tous ensemble, si on va jusqu'au bout de la logique qu'il veut nous imposer, on pourra lui montrer qu'il se trompe complètement et qu'il est ridicule. »

Je suis restée un peu sceptique, et en même temps curieuse.

« C'est ça que tu voulais faire depuis le début ?

— Bien sûr. Pourquoi tu crois que je mange dans la main du proviseur ? Je gagne sa confiance. J'abonde dans son sens. Je pousse à la limite ses décisions. À la fin, il verra que tout ça est une grosse blague. C'est un lycée, pas un camp militaire… »

Je ne dis rien, honteuse de m'être trompée à ce point sur lui.

« D'ailleurs, je vais avoir besoin de toi pour la suite. Il faut qu'on fasse quelque chose de vraiment énorme pour prouver à tout le monde que Froissy déraille. Comme toi, j'ai vérifié : filmer dans les toilettes et imposer des vérifications biométriques aux élèves, sans parler des tests d'alcoolémie et d'urine, tout ça est illégal. Mais si on le dénonce maintenant, on n'aura pas le soutien des parents, ni des élus. Il faut accumuler des preuves que c'est une folie. »

Image : source layoutsparks.com

2 commentaires:

Charlotte B. a dit…

"Pourquoi tu crois que je mange dans la main du proviseur ? Je gagne sa confiance. J'abonde dans son sens. Je pousse à la limite ses décisions. À la fin, il verra que tout ça est une grosse blague..."

Et les marmottes emballent le chocolat!

CLAVELUS a dit…

Chut, laisse-nous dormir sur nos deux oreilles...